Être végane, selon Julien Corriveau du groupe Les Appendices

Vous connaissez probablement Julien Corriveau grâce au groupe humoristique Les Appendices, dont il fait partie. Mais saviez-vous que, outre ses talents de scénariste, comédien, réalisateur, musicien et compositeur, il est également végane depuis un an? Cela signifie que son style de vie et ses choix de consommation (nourriture, vêtements, divertissements et autres) sont basés sur des options sans cruauté animale.

Nous avons eu la chance de le rencontrer récemment à la SPCA de Montréal. Voici un petit compte rendu de notre échange avec celui qui n’a jamais eu d’animal de compagnie, mais dont la compassion s’étend néanmoins à tous les animaux!

  • De quelle façon s’est faite ta transition vers un mode de vie exempt de produits d’origine animale?

C’est d’abord pour des raisons de santé que j’ai décidé de me tourner vers une alimentation végétalienne, il y a un an.  C’est lorsque que je me suis inscrit au Défi végane 21 jours avec une amie que j’ai cessé de consommer des produits d’origine animale. Je pense que de couper ceux-ci du jour au lendemain nous fait voir à quel point ils sont présents dans notre alimentation. Déjà, après une semaine à manger végétalien, je me sentais vraiment mieux, et comme je suis un trippeux de légumes, ça m’a permis d’exercer ma créativité en cuisine.  Ensuite, j’ai écouté des documentaires sur l’industrie de la viande et sur l’élevage et j’ai pris conscience que ça n’avait pas d’allure de contribuer à cela, autant d’un point de vue environnemental que de celui du bien-être des animaux.

  • Es-tu bon cuisinier ou tu préfères le prêt-à-manger?

Je cuisine beaucoup. J’aime bien les recettes du livre Thug Kitchen, mais je m’inspire surtout des plats que j’essaie au restaurant. J’aime les pâtes, les cuisines asiatique, mexicaine et indienne notamment. Plusieurs cuisines du monde sont végés ou faciles à adapter. Je ne cherche pas à reproduire ce que je mangeais avant en version végétalienne, ou à remplacer la viande, j’ai plutôt adopté d’autres habitudes culinaires. Sauf en ce qui concerne la sauce à spaghetti, où là, je remplace la viande par du sans-viande haché de Yves Veggie Cuisine, par exemple.

  • Quels sont tes restaurants et produits végétaliens préférés?

J’aime bien les restaurants LOV et Copper Branch, les saucisses Gusta et les végéburgers de Yves Veggie Cuisine, entre autres.

  • Que conseillerais-tu à quelqu’un qui souhaite adopter un mode de vie sans cruauté animale?

Je lui dirais de ne pas juste chercher à remplacer la viande par de la fausse viande, par exemple, mais plutôt d’être curieux.se et d’adopter de nouvelles habitudes alimentaires, en ne concevant pas son repas simplement autour d’une source de protéines. Aussi, je lui suggérerais de s’ouvrir aux autres aspects du véganisme, comme les produits ménagers ou cosmétiques non testés sur les animaux et l’habillement. Personnellement, j’ai encore des accessoires en cuir; je compte les user jusqu’à la corde avant d’en acheter de nouveaux qui seront sans produits d’origine animale.

Merci à Julien pour cet entretien. Nous espérons que son expérience vous a inspiré et qu’elle vous encouragera à faire des découvertes sans cruauté au quotidien!

 

Cet automne, ne manquez pas Julien comme chroniqueur à l’émission ALT à Vrak.tv, ainsi qu’en spectacle à différentes occasions.

 


 

mn_gingras_bio_2in

Marie-Noël Gingras

Marie-Noël Gingras travaille au département de la Défense des animaux à la SPCA de Montréal. Ces dernières années, elle a collaboré à de nombreux projets liés au bien-être et aux droits des animaux (notamment aux blogues Vert et fruité et Portraits de véganes ainsi qu’au Festival végane de Montréal) en plus d’être l’une des organisatrices du Défi végane 21 jours québécois et de signer les recettes du livre du même nom, de l’auteure Élise Desaulniers, paru au printemps 2016 (Éditions Trécarré). Suivez-la sur Facebook pour découvrir plus d’idées sans cruauté!